a été ajouté avec succès dans votre panier.

« Moi le réseau, j’y suis mais je n’aime pas ça ! »

 

Aller, levez la main ceux qui ont déjà prononcé ces mots !
Pire : « Moi, j’ai mis à jour mon profil LinkedIn et je like, commente, bref je ne suis pas un utilisateur passif !
– OK, et viadéo ? Je vois aussi que vous avez un compte copainsdavant !
– Ah oui, mais ceux là, je ne m’en sers plus, d’ailleurs je ne me souviens même plus des mots de passe ! »
Pourtant la photo, postée il y 5 ans, est toujours là, floue et inappropriée (si si, je vois les palmiers en arrière plan !)
Pensez-vous sincèrement que, parce que vous ne mettez plus vos profils à jour, ils sont simplement et automatiquement effacés ?

CE GRAND MÉCHANT QU'EST LE RÉSEAU !

Aujourd’hui, ce qui est incroyable, c’est de voir à quel point nous sommes observés, analysés. Pas étonnant, selon le blog du modérateur nous sommes, en 2017 :
  • 56%, membre d’au moins un réseau social (pro ou perso) ;
  • 84% de moins de 40 ans à utiliser les réseaux sociaux.
Les chiffres parlent d’eux même, non ?
Et si nous sommes, nous et nos comportements, scrutés et analysés c’est parce que NOUS nous exposons.
Peut être trop pour certains, allant jusqu’à éprouver une aversion à cette vie rendue publique par les protagonistes eux même, au point d’en faire un véritable rejet.
Pourtant en tant que E.R.O. (En Recherche d’Opportunité), développer son réseau professionnel est devenu indispensable et souvent cela fait peur :
« Je ne veux pas que ma vie soit exposée ! » « Quand on publie quelque chose c’est imprimé à vie ! » « Je ne veux pas que l’on sache que je suis En Recherche d’Opportunité » « De toute façon ça ne sert à rien »….
Autant d’objections auxquelles il existe une réponse :
Votre réseau sera exactement ce que vous voulez qu’il soit, et à votre image.
A vous de le construire de façon pertinente !

ACCEPTER DE PARTIR DE RIEN !

Il y a bientôt 3 ans maintenant, en 2015, quand j’ai commencé ma recherche, j’avais un compte perso sur Facebook et un compte Viadeo que je n’utilisais à très mauvais escient. J’acceptais tout le monde pour avoir un maximum de contacts, je ne likais jamais, ne publais jamais, bref, j’étais ce qu’on appelle un utilisateur passif.
Pour vous donner une image, autant dire que mon réseau pro ressemblait à une ville du far west, traversée par les Tumbleweed (les célèbres buissons) poussés par le vent, où jamais personne ne s’arrête !
Réseau fantôme
Aucun de ces 2 réseaux ne me convenait, ne me ressemblait.
C’est un peu comme si je vous donnais une ceinture pour enfiler une chaussure ou un chausse pied pour tenir votre pantalon. Les 2 ont leur utilité, mais pas dans ces circonstances.
Alors avant de choisir un réseau, il faut identifier l’utilisation que vous en aurez (LinkedIn, Facebook, Instagram…), prendre le temps nécessaire et accepter de partir de rien, ou presque.
Pour ma part, et comme beaucoup j’ai choisi d’ouvrir un compte sur LinkedIn.
En premier lieu, j’ai travaillé mon profil, ma photo, mon titre, mon résumé.
Puis, il a fallu commencer à envoyer des demandes de mises en relations.
On m’a toujours dit que sur LinkedIn il ne fallait que des personnes que l’on connaissait, alors j’ai envoyé des demandes (sans les personnaliser).
Ma famille, quelques amis, mes anciens collègues, bref si j’avais 40 personnes j’avais atteint mon maximum.
Mais qu’est-ce que je vais faire d’un réseau de 40 personnes que je connais déjà et qui ne pourront pas m’apporter plus que ce qu’elles m’apportent déjà ?
Comment, moi, simple employée depuis des années pourrais-je intéresser des cadres, des cadres dirigeants, des chefs d’entreprises, des managers… ?
Pourquoi les gens s’arrêteraient sur mon profil ?
Que puis-je apporter aux autres ? Ah si, ça je sais : rien !
Et bien détrompez-vous !
Une fois que vous aurez compris que ce n’est pas vous qui parlez quand vous vous posez toutes ces questions, mais votre sentiment d’infériorité, alors vous pourrez comme moi aller de l’avant.
J’ai donc commencé à m’informer, à lire des articles, des livres, à visionner des vidéos, à apprendre comment développer ce réseau.

POUR QUE LE RESEAU S’INTERSSE A VOUS, VOUS DEVEZ D’ABORD VOUS INTERESSER AU RESEAU.

Tout d’abord, identifier vos centres d’intérêts.
Personnellement, j’étais axée sur la Qualité de Vie au Travail, la bienveillance, le bien être, mais aussi les systèmes de management par la Qualité, la certification.
J’ai donc tout naturellement commencé à m’intéresser aux personnes avec qui j’avais des  valeurs communes et me suis fixée une règle de conduite : je devais développer mon réseau virtuel, comme je le ferai dans la vie réelle.
Du coup, pas de demande automatique, toutes personnalisées !
Imaginez un peu. Vous êtes dans un parc et vous voyez un artiste en train de peindre une magnifique toile. Iriez-vous l’aborder en disant : « Bonjour, Karine VANDERSCHRICK aimerait rejoindre votre réseau » ? Ou opteriez-vous pour un « Bonjour, je passais et j’ai vu votre toile, j’adore ! Vous pourriez m’en dire un peu plus sur votre technique, comment réalisez vous ces couleurs… »
D’après vous, laquelle des 2 approches à plus de chance de recevoir une réponse ?
Petit à petit votre réseau va se construire, se développer, au fur et à mesure vous allez avoir des affinités avec vos relations. Vous allez échanger, partager à propos de sujets qui vous parlent, vous touchent, vous importent.
Au fil des échanges, un jour, vous aurez peut être envie de les rencontrer. Chaque personne à qui j’ai demandé un jour de m’accorder le temps d’un café pour échanger à accepter spontanément. N’ayez pas peur de demander, le réseau est généreux et ne vous privez pas de ces rencontres. Elles sont d’une richesse immense tant par les personnes qui se trouvent face à vous, que par les échanges que vous pourrez avoir.
Et puis un jour, parce que vous aller construire votre réseau, parce que vous aurez participé sur ce réseau, parce que vous aurez liké, commenté les posts de votre réseau, vous allez gagner en visibilité, et là, c’est vous qui allez recevoir, et non plus envoyer, des demandes de mises en relation ! Oui, des personnes vont s’intéresser à vous, vont vouloir en savoir plus sur vous.

EN CONCLUSION.

J’entends souvent les gens autour de moi me dire que le réseau, ce n’est que du virtuel, que ce n’est pas sincère et surtout que les réseaux nous déconnectent du réel. Et bien non, ce n’est pas vrai et j’insiste sur le fait que votre réseau sera ce que vous en ferez, ce que vous voulez qu’il soit, et qu’il soit à votre image.
Pas encore convaincus, laissez moi vous parler de cette photo !
Réseau IRL
Il y a 2 ans, toutes ces personnes à mes côtés, je ne les connaissais absolument pas.
Si leurs visages ne vous disent rien, sachez que de gauche à droite
  • Catherine et Olivier  ont fondé le site loptimisme.com et le club des CHO;
  • Grégory incarne le pire manager du monde Bob et il le fait merveilleusement bien;
  • Matthieu a fondé EOSE dont le cheval de bataille est la prévention, ou comment parler d’un sujet sérieux sans se prendre au sérieux;
  • Gaël est le créateur de Bob et prône les valeurs du management bienveillant au travers de son ouvrage, son site et ses masterclass: mon boss est nul mais je le soigne!;
  • Stéphane est le co-fondateur d’une application « ourcompany » qui permet aux salariés d’évaluer le niveau de bien être dans leur entreprise;
  • Juliana a fait du bien être sa philosophie de vie au travers de conférences, de son job d’Office Manager, de son blog Mominzecity.
Et bien tous ces inconnus ont tous acceptés mes demandes de mise en relation sur LinkedIn.
Ils ont aussi tous acceptés, malgré leur actualité riche du moment, de m’accorder quelques heures de leur temps pour partager un café.
Ils ont tous accepté de me parler de leurs expériences.
Ils ont tous accepté de me faire grandir.
Ce soir là, alors que je les ai connus grâce au virtuel, j’avais l’impression de faire partie d’une bande de copains !
A vous de jouer maintenant et de passer du virtuel au IRL (In Real Life)
Aller, essayez maintenant pour voir !
Karine

À propos Karine

Supercalifragilisticexpialidolcious Oui, nous pouvons toujours rendre les choses plus agréables!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.